Lumière sur Eric Jullig, Co-Président du CAB Handball

  • Actualités

Tes débuts au CAB  ?

En 1972, alors que j’ai 11 ans, une certaine Colette Béziatme fait signer ma première licence au C.A. BéglaisHandball, dans le bureau de la Salle Duhourquet.

Après 3 saisons en tant que joueur, alors que je n’ai que 15 ans, on me demande d’arbitrer un match de jeunes du club. Je découvre alors ma passion pour l’arbitrage que Paul Vitrac et surtout un certain Jean Pierre Abribat, arbitre international du club va développer en moi.

Ayant choisi d’arrêter de jouer, je passe ainsi des week-ends entiers à arbitrer en rêvant au fond de moi d’endosser un jour la tunique noire officielle.

Même si la filière Jeune Arbitre est loin d’avoir été créée, je gravis rapidement les échelons départementaux et régionaux en étant le seul mineur à arbitrer des joueurs majeurs jusqu’à ce jour où Jean Pierre Abribatm’offre la possibilité d’arbitrer avec lui la finale du championnat de France UFOLEP entre Bègles et la célèbre équipe de la Stella Saint Maur, dans une salle Duhourquetcomble.

L’arbitrage, une passion ?

L’adrénaline que me procure ce match est un véritable déclic qui me mène jusqu’à mon ami, Christian Marino avec qui je constitue un binôme, qui me rejoint au C.A Béglaiset avec qui je vais arbitrer pendant 20 ans.

Ensemble, nous progressons au sein de la hiérarchie des arbitres nationaux et nous avons ce plaisir immense d’atteindre la première division nationale féminine et masculine, niveaux dans lesquels nous allons évoluer pendant 10 ans.

Qued’émotions !!!! Des matchs de haut niveau, des matchs internationaux amicaux dont certains de l’équipe de France Masculine des Bargeots, une Coupe Latine en Italie, des finales de championnats de France dont une sur l’Ile de la Réunion ….. et surtout des rencontres et des échanges avec les plus grands joueurs, entraîneurs et dirigeants du moment.

Parallèlement, et ce depuis mes 20 ans, la fibre de formateur et de dirigeant au service de l’arbitrage me conduit à rejoindre le Comité de Gironde puis la Ligue d’Aquitaine.

Les relations que je noue avec les arbitres des autres sports, dont le rugby, vont me faire découvrir,  l’Association Française du Corps Arbitral Multisports de la Gironde auquel j’adhère depuis plus de 20 ans et dont les actions pour le Fair-Play et la mise en valeur de la fonction d’arbitre vont m’amener à devenir le trésorier

Dirigeant, une suite logique  ?

Dès la fin de ma carrière d’arbitre, en 2000, je rejoints la Commission Centrale d’Arbitrage de la Fédération Française où j’occuperai différentes fonctions jusqu’en 2012 : superviseur d’arbitre, co-responsable d’un groupe d’arbitres nationaux, coordinateur du partenariat arbitrage avec But puis La Poste et surtout responsable du projet de création des écoles d’arbitrage dans les clubs.

Localement, j’intègre le Conseil d’Administration de la Ligue d’Aquitaine en tant que membre puis Président de la Commission Régionale d’Arbitrage, puis vice-président pendant deux mandatures et président de 2012 à février 2016.

 

Le CAB Handball, ta famille  ?

En mai 2016, lorsque Colette Béziatm’appelle pour me demander si j’ai envie de me réinvestir dans le club, je n’ai pas besoin de réfléchir longtemps pour accepter.

Car le CAB Handball , que je n’ai jamais quitté depuis mes 11 ans, au fil de son histoire, croisant quelquefois celle de l’Aspomou de Mios, est Mon club qui m’a fait rencontrer non seulement mon épouse Sylvie mais aussi des dirigeants passionnés et passionnants, comme Colette Béziat, Jean Pierre Abribat, Alain Grocqet tant d’autres qui m’ont inculqué ces valeurs de partage, d’enthousiasme, de convivialité et d’engagement qu’aujourd’hui j’essaie de cultiver et de transmettre.

Si j’ai choisi de continuer à m’investir sans compter, c’est parce que :

j’ai envie de partager des émotions avec les dirigeants et les bénévoles

j’ai envie que nos licenciés souhaitent intégrer notre famille en damiers bleu et blanc,

j’ai envie que nous proposions des formations de qualité à toutes nos jeunes joueuses et tous nos jeunes joueurs,

j’ai envie que nous poursuivions la formation de nos entraîneurs et de nos arbitres,

j’ai envie que nous développions la recherche de partenaires, les animations du club et les pratiques vers d’autres publics,

j’ai envie que notre équipe première féminine continue à évoluer au plus haut niveau et que la Salle Duhourquetraisonne aux sons des vivats du public

Etj’ai surtout envie de transmettre toute mon énergie et mon expérience à des jeunes et/ou nouveaux dirigeants qui sauront comme moi faire perdurer les valeurs et l’âme de notre club du C.A. BéglaisHandball !!!!